Montages automatiques : version AppleScript

Monter ses volumes distants au démarrage de la session

Dans un article précédent, il était question de monter des partages NFS automatiquement à l’aide de l’Utilitaire d’annuaire. Voici une méthode utilisant un script AppleScript qui a le double avantage de monter les volumes sur le bureau (cela peut-être un désavantage suivant l’utilisation) et elle permet de monter d’autres types de partage, Samba par exemple.

Le script

Voici le script que j’utilise. J’ai toujours mes trois montages NFS et un SMB (pour un petit NAS) :

on run
tell application "Finder"
try
mount volume "nfs://edoras/home/fabien"
on error
display dialog "Erreur de montage NFS de /home/fabien" & return & ¬
"Vérifier que le serveur est disponible." buttons  default button 1
end try
try
mount volume "nfs://edoras/data1"
on error
display dialog "Erreur de montage NFS de /data1" & return & ¬
"Vérifier que le serveur est disponible." buttons  default button 1
end try
try
mount volume "nfs://edoras/backup"
on error
display dialog "Erreur de montage NFS de /backup" & return & return & ¬
"Vérifier que le serveur est disponible." buttons  default button 1
end try
try
mount volume "smb://rohan"
on error
display dialog "Erreur de montage SMB de /rohan" & return & return & ¬
"Vérifier que le NAS est disponible." buttons  default button 1
end try
end tell
end run

Mise en oeuvre

Je dois avouer que c’est mon premier AppleScript, je suis loin de m’y connaître en la matière ;}
Pour créer un script il faut naturellement utiliser l’Editeur de scripts d’Apple situé dans Applications puis AppleScript.

Le fonctionnement d’AppleScript est un peu déroutant au départ. Lors de la saisie du texte, celui-ci se colorise en pourpre (couleurs par défaut) et il est homogène, pas de réelle colorisation syntaxique donc. Ensuite, il faut compiler ce script – à l’aide du bouton du même nom), ce qui a pour effet de vérifier les éventuelles erreurs et de retourner un texte colorisé avec mis en forme pour une meilleure lisibilité. Ensuite, lors de l’édition du script, les nouvelles parties restent en pourpre sans mise en forme jusqu’à la prochaine compilation, ceci permettant de rapidement voir ce qui vient d’être nouvellement édité/ajouté.


Script brut

Script compilé

Script édité

Ensuite, vient l’enregistrement. Un AppleScript tel quel (extension .scpt) doit être invoqué au sein d’un programme, s’il est lancé par exemple depuis le Finder, il est simplement ouvert par l’Editeur de script :


Enregistrement comme script

Attention à la case à cocher Exécutable uniquement, cela aura pour effet de compiler le script en un fichier exécutable seulement, il ne sera plus possible de l’éditer. Il faut être sur de son coup ou en garder une copie éditable.
Pour le script de montage de volumes réseau, il faut qu’il soit autonome, que le script soit exécuté (et non édité) lorsqu’il est lancé. Il faut donc l’enregistrer comme application (extension .app) :


Enregistrer comme application

Une fois le fichier application enregistré, le mettre dans un coin – personnellement mes scripts sont sous bin/ dans mon home – et aller dans les Préférences > Comptes, cliquer sur le compte, puis onglet Ouverture et ajouter le script à l’ouverture de session.


Lancer le script à l’ouverture de session

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *