Mise à jour un peu douloureuse d’edoras en Fedora 11

Et passage à l’OS 3.0 dans la foulée

Petite anecdote pour commencer ce billet, il m’aura fallu toutes ces années pour me rendre compte que le nom de mon petit serveur domestique edoras est à une lettre près (bon allez deux, mais l’autre est plutôt muette) Fedora. Youpie!

Leonidas est dans la place

Après une tentative plutôt infructueuse par le biais de preupgrade – tout se passait bien, mais après la demande de redémarrage, j’étais toujours sous F10 – j’ai décidé de télécharger le DVD de Leonidas, ne serait-ce que pour l’avoir, et de faire la mise-à-jour.

Celle-ci s’est bien passée, mais les problèmes ont débuté avec YUM qui n’était plus là : no module named yum et un soucis de version du paquet rpm-python. J’ai vite vu que c’était toujours la version F10 du gestionnaire de paquets qui était présente, d’où le problème de dépendance relatif à python. J’ai donc installé le RPM de YUM pour F11 et tout est rentré dans l’ordre. J’ai pu mettre à jour cette F11 (pas vraiment) fraîchement installée.

Le gros du soucis a été du côté du serveur DHCP, celui-ci ne voulant absolument pas démarrer. Les logs m’indiquaient qu’il fallait spécifier l’interface réseau utilisée dans le dhcpd.conf comme j’ai deux cartes réseaux. J’ai retourné la doc d’ISC et les forums pendant une bonne heure et demi (je n’ose pas dire deux..) pour m’apercevoir que désormais le fichier de configuration se trouve sous /etc/dhcp et non plus directement sous /etc. L’adage « Petite cause, grands effets » est souvent de mise en informatique – genre pour les problèmes en séries – mais là c’était « Grand effet, petite cause« .

OS 3.0 pour iPhone

Le passage a F11 m’a permis la mise-à-jour de l’iPhone également. Petite étape en OS officiel avant le jailbreak dès qu’il sera disponible.
D’apparence aucun lien entre les deux sujets de ce billet si ce n’est que j’avais besoin d’edoras pour cette opération car ma bibliothèque iTunes est sur un volume NFS du serveur linux, donc pas d’iTunes, pas de mise-à-jour de l’iPhone.

Au menu des nouveautés en vrac donc : enfin le copier-coller-couper, dictaphone, MMS, mode paysage généralisé, Spotlight, synchro des notes, secouer l’appareil pour mélanger….

Centraliser sa bibliothèque iTunes sur un LAN

Partager sa collection musicale entre plusieurs machines

Lorsque l’on a plusieurs Mac et que l’on écoute beaucoup – ou pas beaucoup ;} – de musique, il est pratique et sympathique de centraliser les fichiers musicaux sur un serveur, un disque externe ou un NAS, afin de ne pas avoir de doublons (ou plus) des fichiers dans chaque iTunes. Ce dernier peut se décomposer en deux parties distinctes : les fichiers musicaux eux-même (mp3, aac) et l’index de la bibliothèque qui regroupe beaucoup d’informations comme les listes, les notes, le compteur d’écoute, etc. Cet article explique comment faire cette opération de partage et propose deux alternatives : partager un même index pour tous le monde ou garder un index séparé pour chaque Mac.

Avantages/inconvénients

Ces deux façons de faire ont chacune de bons et mauvais côtés. Partager l’index permet d’avoir l’exacte copie sur tous les iTunes. En fait, il est même faux de dire copie car ce ne sont pas plusieurs copies mais une unique copie, un endroit unique où tous les programmes pointent. L’avantage est que si j’ajoute le dernier Demis Roussos dans l’iTunes du Mac Mini, je le verrai également sur celui de l’iBook (et oui, toujours en vie le G4!). Même chose pour les listes, les notes, etc. Un seul index.
Le côté moins carré est qu’à la base Apple n’a pas prévu ce genre d’utilisation (shame on them), donc il faut éviter au maximum d’avoir plusieurs iTunes accédant à la même bibliothèque ouverts en même temps. Il est en effet possible de corrompre l’index si plusieurs machines tentent d’écrire dans celui-ci en même temps.

Garder l’index sur chaque iTunes peut sembler être un désavantage en lisant ce qui est écrit plus haut. En effet, si j’ajoute mon Demis Roussos sur le Mac Mini, si je le veux sur l’iBook il faudra l’importer sur celui-ci également (le fichier mp3 ou aac lui-même sera unique lui). Mais cela peut-être un avantage, en particulier si plusieurs personnes utilisent les Mac. Je peux avoir ajouté Rain and tears dans ma bibliothèque avec une note de 5 étoiles, mon chat qui aime moins l’aura noté 2 étoiles seulement dans la sienne et ma blonde ne l’aura même pas ajouté à sa bibliothèque.

Continuer la lecture de « Centraliser sa bibliothèque iTunes sur un LAN »