Exposition Alma Tadema

Il Chiostro del BramanteCe weekend nous avons été voir une exposition exceptionnelle pour tout amoureux de peinture romantique anglaise du XIXè et des préraphaélites. En effet des œuvres de sir Alma Tadema (1836-1912), ainsi que quelques-unes d’autres artistes de l’époque comme John William Waterhouse, Edward Burne-Jones, John William Godward, Arthur Hughes ou Albert Moore sont actuellement exposées à Rome à Il Chiostro del Bramante jusqu’au 5 juin 2014 pour ensuite partir vers Madrid.

Lawrence Alma Tadema50 œuvres majeures de la collection privée de la fondation du méxicain Pérez Simòn – l’une des plus importantes d’Amérique latine en ce qui concerne la peinture, sculpture, dessin et les objets d’art – sont regroupées pour notre plus grand plaisir dans un lieu certes un peu exigu, mais apportant une certaine intimité avec les peintures de ces maîtres.
Quelle émotion de se retrouver pour la première fois – pour Francesca et moi – devant The Crystal Ball (with the skull – 1902) de Waterhouse et quelle magie devant l’oeuvre maitresse d’Alma Tadema : The Roses of Heliogabalus (1888), impressionnate de finesse, de détails et de réalisme. D’ailleurs, petite anecdote à ce sujet lorsque nous entrons dans une salle très obscure et découvrons une petite peinture représentant l’exacte scène de The Roses of Heliogabalus, qui me semblait peu détaillée, mais bon. Nous continuons dans ce qui semble une salle circulaire dans la salle, toujours aussi sombre, et là, nos yeux s’exorbitent et nous échangons un regard complice légérement géné, l’œuvre « finale » est là, monument de 213 x 132 cm, majestueuse. Le petit tableau juste avant n’était qu’une étude ^.^

Ci-dessous quelques œuvres visibles à l’exposition.

Continuer la lecture de « Exposition Alma Tadema »

Concert Sigur Rós à Rome, double claque

Sigur Rós

Hier, Sigur Rós était en concert à Rome pour une des dernières dates de Rock In Roma, festival romain qui a l’originalité de ne pas se dérouler sur un ou quelques jours, mais de s’étaller sur juin et juillet. La décision s’est faite à la dernière minute, suite à un email de Bandsintown, on peut appeler cela un achat compulsif de dernière minute ;)

Par un 30,5°C à passé 21h, nous sommes arrivés à l’Ippodromo delle Capannelle pour un début de set 45 minutes plus tard. Dans l’attente, j’ai fait part de mon appréhension du concert à Francesca, je n’étais pas certains que le style éthéré, atmoshphérique, aérien de Sigur Rós fasse beaucoup d’effet en open-air, avec les gens constamment en train de parler (quelle plaie ça).. Bref.
Cette appréhension sera ma première claque de punition, bien à plat, pour avoir osé douter! D’où le titre de ce billet. La deuxième sera simplement la bonne claque amicale d’un concert absolument sublime, surprenant, sauvage dans l’expérimentation musicale et visuelle.

Continuer la lecture de « Concert Sigur Rós à Rome, double claque »

Fedora au boulot

Bien qu’étant utilisateur de GNU/Linux depuis un bon nombre d’années, je n’ai quasiment jamais eu ma station de travail sous Linux dans ma vie professionnelle. On a rarement le choix, on bosse pour une boite, on nous donne une machine et c’est dans la grande majorité des cas du Windows. Dans le cadre de mon nouveau boulot – presque un an maintenant quand même ^.^ – j’ai longtemps bossé sur un Windows 7 imposé, mais il y a de cela quelques mois, lors du renouvellement de ma machine, j’ai fait la requête de pouvoir installer autre chose et mon management n’y a pas vu d’objection pourvu que je puisse faire mon travail. Quel bonheur!

Continuer la lecture de « Fedora au boulot »

Quelques nouvelles

Piazza Navona

Le dernier billet date de juillet 2009, un an déjà! En réalité, certains articles un peu plus récents ont simplement migrés vers www.feub.net. Pourquoi ce changement? Plusieurs raisons, la principale étant que depuis – très – longtemps j’avais envie de convertir ce site en autre chose qu’un blog, format qui ne convient pas au type d’information que je dispense à mon goût. J’ai longtemps réfléchis et essayé d’autres plateformes comme un moteur wiki ou un CMS plus traditionnel type Drupal ou Joomla!, et c’est vers ce dernier que je me suis tourné. Une partie des articles, les plus conséquents et intéressants, ont donc migré vers www.feub.net maintenant.

La pichenette

Il m’a fallu un coup de pouce pour effectuer ce passage vers Joomla! (car c’est quand même du temps et de l’investissement), cette pichenette a été un entretien d’embauche que j’ai eu à Rome début mai et qui s’est conclu par un (pre-)contrat, car oui, je commence ce nouveau job début septembre, gros changements! Je pars donc fin août rejoindre ma chérie ^.^
Je ne sais même pas exactement ce que je ferrai, mais une des possibilités pourrait être le développement de templates pour Joomla! et/ou WordPress. Rendez-vous en septembre pour plus d’informations la dessus :]

Linuxeries

En ce qui concerne GNU/Linux, depuis environ 6 mois j’ai beaucoup titillé Arch Linux qui m’a vraiment plus, c’est d’ailleurs ma distribution actuelle pour mon petit serveur edoras. Arch est une distribution très légère, très minimaliste à l’installation, j’aime sa philosophie et le côté centrée autour de l’utilisateur. On peut dire que c’est une distribution DIY, on construit sa machine comme on le veut brique par brique, certes c’est plus long que l’installation d’une distribution plus « grand public », mais ainsi on apprend à connaître son système et on n’installe vraiment que ce que l’on veut. Mais elle reste tout de même plus accessible qu’une Slackware ou Gentoo, notamment grâce à son puissant gestionnaire de paquet pacman (et par extension de yaourt). Pour en savoir un peu plus sur la philosophie Arch Linux, voir cette partie du wiki.
Sinon, la communauté est plutôt active et la documentation claire et ma foi bien faîte, elle m’a toujours aidé. C’est une distribution en rolling release, et le fichier de configuration – unique – rc.conf est inspiré de BSD, tout est dedans (pour ce qui est du système même bien sur).

Voilà pour les nouvelles linuxiennes. Je précise que je suis toujours Fedora de près, elle me reste chère :]